Cancer de la cavité orale

A propos du cancer buccal

Le cancer de la cavité orale est une maladie de plus en plus fréquente, malheureusement elle est encore peu connue du grand public. En 2012, 61 400 nouveaux cas de cancer de la bouche ont été diagnostiqués en Europe, prouvant que cette maladie est un problème majeur. De plus, l'incidence du cancer de la cavité orale a augmenté de 25% au cours des 10 dernières années. Les cancers de la bouche représentent 2% des cancers dans le monde, avec un total de 300 000 cas par an.

Les cancers de la cavité orale désignent les cancers qui commencent dans la bouche. Cela comprend la paroi interne des joues et des lèvres, les deux-tiers avant de la langue, la base de la langue, les gencives, le plancher de la bouche, le palais et la zone située derrière les dents de sagesse. Cela comprend également l'oropharynx qui est la partie de la gorge située juste derrière la bouche. On parle dans ce cas de cancer oropharyngé.

Une autre préoccupation majeure est que plus de la moitié des cancers de la cavité orale sont diagnostiqués à un stade avancé. Le traitement est donc très complexe et peut être moins efficace. Seulement 30 à 40% des patients atteints d'un cancer de la cavité orale à un stade avancé guérissent, et même chez les survivants, il y a des effets permanents et inévitables au niveau de la bouche entraînant des problèmes de mastication, de déglutition et d'élocution. Les bonnes nouvelles pour les patients qui obtiennent de l'aide rapidement sont que les traitements sont plus simples, les taux de guérisons sont meilleurs (environ 80%) et que les troubles fonctionnels sont beaucoup moins graves.

On pense que l’une des raisons pour lesquelles les patients consultent tardivement est que l’image associée au cancer de la cavité orale est mauvaise et que la gravité des symptômes est méconnue.

Facteurs de risque

Les trois principales causes de cancers de la cavité orale sont le tabac, l'alcool et les infections causées par le virus du papillome humain (HPV).

  • Le tabac et l'alcool : selon la dernière étude du Cancer Research UK sur les facteurs de risque de cancers, le tabac représente environ 65% des cas et l'alcool est lié à environ 20% des cas.
  • Le papillomavirus humain (HPV) : Il est manifeste que le taux de cancers de la cavité orale liés au HPV augmente rapidement. Les patients atteints d'un cancer de la tête et du cou lié au HPV sont généralement plus jeunes, en bonne santé et ne présentent pas forcément des antécédents classiques de tabagisme et/ou d'alcoolisme.

Le Papillomavirus humain (HPV)

Le HPV est un virus très courant, contracté par la majorité des gens à un moment ou à un autre de leur vie. Il peut affecter la peau et les muqueuses qui bordent certaines parties du corps à plusieurs endroits, comme :

  • la bouche et la gorge,
  • l'anus,
  • le col de l'utérus,
  • le vagin,
  • la vulve.

Plus de 100 types différents de HPV ont été identifiés, chacun désigné par un numéro. Certains ont été associés à des tumeurs non cancéreuses, mais d'autres sont connus pour être cancérigènes.

On sait que certains types de HPV connus sous le nom de HPV « à haut risque » augmentent le risque de développer certains types de cancers, y compris les cancers de l'anus, du col de l'utérus et de la tête et du cou. D'après de récentes estimations, plus de 5% de tous les cancers sont attribués au HPV.

Le virus HPV le plus fréquemment associé à un cancer est le HPV-16. Il est responsable de 50 à 60% des cancers du col de l'utérus et de 80 à 90% des autres cancers, comme le cancer de la tête et du cou. D'autres types de HPV à haut risque associés aux cancers de la tête et du cou sont les HPV-18, 31 et 33, mais ils sont bien plus rares que le HPV-16.

Symptômes

Les deux symptômes les plus fréquents du cancer de la cavité orale sont :

  • Un ulcère ou une masse dans la bouche qui ne guérit pas (80% des personnes atteintes d'un cancer de la cavité orale présentent ce symptôme),
  • Gêne ou douleur dans la bouche qui persiste.

Parmi les autres symptômes, on retrouve :

  • Une masse indolore au niveau du cou : de plus en plus important avec l'augmentation des cas liés au HPV,
  • Une tâche blanche ou rouge dans la bouche ou la gorge qui persiste,
  • Mastication ou déglutition difficile ou douloureuse,
  • Sensation d'avoir quelque chose de coincé dans la gorge,
  • Saignements inhabituels ou engourdissement de la bouche,
  • Perte de dents sans raison apparente,
  • Difficulté à bouger la mâchoire,
  • Troubles du langage,
  • Perte de poids,
  • Mauvaise haleine (halitose).

Diagnostic

Même si un grand nombre de ces symptômes peuvent être causés par des maladies moins graves que le cancer, il est important de signaler tout symptôme à votre médecin ou votre dentiste. Les dentistes, notamment, jouent un rôle important dans la détection des cancers de la cavité orale et en encourageant les patients à prendre soin de leur bouche.

Si un médecin ou un dentiste voit un patient qui présente ces symptômes, il a rapidement accès à un réseau de centres spécialisés particulièrement compétents et formés au traitement des cancers de la cavité orale. Un grand nombre de ces centres sont dotés d'équipes multidisciplinaires avec des experts en chirurgie, radiothérapie, chimiothérapie, des tests diagnostiques, des soins dentaires, de l’orthophonie et de la réadaptation qui sont spécifiques au traitement des cancers. 

Traitement

La plupart des patients atteints d'un cancer de la cavité orale à un stade précoce peuvent être traités par une intervention chirurgicale mineure avec un rétablissement souvent rapide. Pour les stades avancés, le traitement implique des interventions chirurgicales majeures associées à la radiothérapie et la chimiothérapie. La recherche permet de grandes avancées en chirurgie de reconstruction et réhabilitation de la bouche. Elle permet également un meilleur ciblage de la radiothérapie et de la chimiothérapie pour optimiser le traitement et améliorer le confort du patient.